– 3 juin 2019 –

L’homosexualité & le genre/////Ying ZHAO

Par

Pourquoi nos sociétés n’acceptent-elles pas ou mal l’homosexualité?

Depuis des décennies, les actions positives en faveur des personnes LGBT lancent une polémique qui est loin de désenfler. A la suite de la prise en compte des droits de l’homme, la communauté LGBT est mieux tolérée dans la société chinoise et française : Les droits progressent mais pas les mentalités. En effet, des difficultés d’acceptation et/ou de reconnaissance de l’autre existent toujours dans ces deux sociétés.

FRANCE CHINE

Retirer l’homosexualité de la liste de crime (harcèlement sexuel)

1791 1997

Retirer l’homosexualité de la liste des maladies mentales

1981 2003

Le PACS

1999 /

La loi réprime les propos homophobes au même titre que les propos antisémites ou racistes

2004 Pas encore

Le mariage pour tous

2012 Pas encore

L’adoption

2008 ( à titre individuel)
2013 (En tant que couple marié)
A titre individuel (1)

1. La loi d’adoption de la République de Populaire de Chine permet la personne depuis l’âge de 30 d’adopter l’enfant. Si un homme veut adopter une fille, il faut que la fille et l’homme aient au moins 40 ans d’écart.

L’homophobie est, selon
Frédéric Gal, directeur général de l’association Le Refuge, en partie liée à la question du sexisme et à la place de la femme dans la société : « Quand nous posons la question aux jeunes : ‘qu’est-ce qui vous dérange dans l’homosexualité ?’, beaucoup répondent le fait que leur ami soit efféminé. S’il y avait une égalité parfaite entre la femme et l’homme, si l’homme adoptait des attitudes de la femme, logiquement, cela ne devrait pas poser de problème. Or ça l’est, en 2018 et cela signifie qu’il y a encore beaucoup de difficultés« .(2)
J’ai demandé à Zhang Beichuan(3) : « Pourquoi est-ce que notre société n’accepte pas l’homosexualité ? ». Il me répond par cette citation: « Parce que selon notre culture sexuelle, la reproduction est considérée comme le but du sexe, la candeur est la pureté, l’ignorance est la vertu, et les préjugés sont les principes. L’amour n’est pas les réactions physiologiques des organes, mais l’attitude de deux âmes quand ils se voient. »(4)

edt22_sos-homophobie_1Même en France, la législation et les droits avancent, mais en parallèle, les propos homophobes, les insultes, les agressions sont en augmentation. Dans les faits, les insultes homophobes et le harcèlement en milieu scolaire ont augmenté de 38% selon SOS Homophobie.(5)

D’après moi, la notion de la cognition de genre ancrée dans notre esprit est une des raisons pour laquelle une partie des gens ne peuvent pas accepter la communauté LGBT. Même si, eu égard à nos valeurs sociales, les différences entre le genre masculin et le genre féminin sont appréhendées par de nombreuses disciplines : l’anthropologie, la sociologie, l’histoire, la biologie, etc., il existe encore un rôle spécifique pour chaque genre dans la famille ou bien, dans la société.
D’après Denise Jodelet (6), les représentations sociales sont «une forme de connaissances socialement élaborée et partagée ayant  une visée pratique et concourant à la construction d’une réalité commune à un ensemble social. » Elles sont un processus permettant d’interpréter la réalité pour mieux l’intégrer. A cause de cette connaissance, les mots comme le rôle de mère et le rôle de père apparaissent souvent dans la conversation sur l’homosexualité car le rôle féminin est considéré comme une personne qui s’occupe du ménage et des enfants à la maison, et le rôle masculin est celui qui travaille en dehors pour supporter la famille. Plus largement, il désigne une forme de pensée sociale.
Les représentations sociales sont des modalités de pensée pratique orientées vers la communication, la compréhension et la maîtrise de l’environnement social, matériel et idéal d’après la démarcation des genres.
C’est-à-dire que les distinctions des « femmes » et des « hommes » sont une partie de l’idéologie quant à la relation humaine. Cependant, les récentes recherches scientifiques et les évolutions idéologiques, nous montrent que les différences biologiques entre les femmes et les hommes ne sont pas considérables. Les divergences entre les genres deviennent plus ambiguës et les progrès sur les droits du groupe LGBT sont réalisés en France et en Chine. Mais il y a encore du pain sur la planche pour achever la suppression de la discrimination de genre.

L’homosexualité est-elle innée ou acquise ? C’est encore une question posée par beaucoup de scientifiques dans le monde. A mon avis, faire des recherches sur les causes de l’homosexualité ne sert à rien parce que l’homme a le droit de choisir sa manière de vivre.
Pourtant, dans certains cas, la notion des droits de l’homme est inconnue voire ignorée des Chinois. Le résultat des recherches n’apportera aucun bénéfice aux hommes si nous n’acceptons pas l’égalité des genres.

2. Lise Verbeke (2018). La lente avancée des droits pour les homosexuels en France. France Culture
3. Zhang Beichuan, professeur de l’Université de Qingdao et membre du Comité national d’experts sur le sida a entrepris des travaux innovants afin d’accentuer la sensibilisation au VIH parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, de combattre la stigmatisation et la discrimination à l’encontre des personnes exposées à un risque élevé d’infection à VIH et d’élaborer des programmes ciblés de prévention du VIH.
4. Chai Jing. (2013). Kanjian ou Insight Autobiographie. (Chinois:看见). Guangxi Normal University Press
5. SOS homophobie est une association française à but non lucratif qui lutte contre les infractions à caractère homophobe ou transphobe, et pour les droits civiques et la reconnaissance des personnes LGBTI.
6. Denise Jodelet (1989). Les représentations sociales. Presses Universitaires de France

 

 

 

 

 

 

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *