– 19 mai 2017 –

Le portrait de la Chine sous un objectif occidental

Par

« La photographie n’arrive pas à changer le monde, mais elle peut le montrer. », Marc Riboud     

La quasi-totalité des gens qui s’intéressent à la photographie connaissent Marc Riboud, un photographe français, se vouant à la photographie documentaire, mais peu de gens savent qu’il avait une relation intime avec la Chine.

Dans les années 1950, une histoire a commencé entre Marc Riboud et la Chine. Il s’était fait par hasard un ami qui connaissait bien le Premier ministre chinois, Zhou Enlai en voyageant à Calcutta. Grâce à cette relation, la porte rouge chinoise a été ouverte pour la première fois à un photographe occidental. En Chine, Marc Riboud a toujours été considéré comme le père de la photographie documentaire en jouissant d’une position énorme. De 1956 à 2010, il est venu en Chine 22 fois en tout. Quand on lui demandait pourquoi il avait choisi de venir en Chine, il répondait en souriant qu’il avait attrapé « le virus de l’Orient».

edt21_Chensi1Cette photo est la première qu’il a prise en Chine. C’était lors de son voyage en train de Hong Kong à Canton à la fin de l’année 1956. A propos de cette photo, Marc Riboud raconte qu’il a voulu saisir l’élégance de cette femme.

Il était un des rares photographes à avoir des contacts avec les dirigeants edt21_Chensi2de l’époque. En 1971, il a pris cette photo merveilleuse du Premier ministre, Zhou Enlai. Sur cette photo, beaucoup de gens pensent qu’il était en train de faire le geste  « V » de la victoire. Marc nous raconte qu’à ce moment-là, le ministre des Affaires étrangères demandait à Zhou Enlai ce qu’il avait appris pendant son séjour d’étude en France. Zhou Enlai aurait répondu qu’il y avait deux choses, l’une étant le Marxisme, l’autre, le Léninisme, en tendant deux doigts.

edt21_Chensi3C’est une photo prise en 1965 dans un dortoir de l’université de Beijing, connue pour les étudiants turbulents. C’était une époque assez fermée et dure, et on limitait la photographie car on ne devait pas montrer des goûts bourgeois. Sur cette photo, on voit une jeune fille qui se tricote un gilet. C’était considéré comme un divertissement individualiste et pas du tout comme le symbole de la révolution. Sous l’œil de Marc Riboud, c’est original et différent des autres clichés représentant la vie quotidienne.

edt21_Chensi4Au cours de sa carrière, pendant un demi siècle, il a vu Mao Zedong, Zhou Enlai et Deng Xiaoping, il a scruté les tenues comme la robe chinoise, le manteau tissé et le costume de Lénine, il a témoigné du Grand Bond en avant, de la Grande Révolution Culturelle et de la Réforme économique chinoise, il a traversé les  routes ondulées de la Chine. Il nous présente un portrait original et très diversifié de la Chine. Sous son objectif, Les Chinois apparaissent dans dans leurs environnements affrontant les difficultés et les épreuves avec plein de vitalité. Marc Riboud a laissé à la Chine, un témoignage exceptionnel de cette grande époque!

Marc RiboudMarc_Riboud

Naissance : 29 novembre 1923

Décès : 30 août 2016 (à 92 ans)

Nationalité : Française

Site web : www.marcriboud.com

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *