– 10 juin 2019 –

La place de la femme dans la société nigériane/////Chinédu ONYEKPERE

Par

Au cours des années passées, les femmes nigérianes ont démontré leur envie d’appuyer sur le rôle important joué par les femmes dans la société.
Retour sur l’histoire et vision de la situation aujourd’hui.

Un des points de départ fut la révolte contre le système politique «Aba Women’s Riot» en 1929. Aujourd’hui, l’aspect de l’égalité de genre est devenu courant dans la société nigériane. La question de genre a été mise en scène dans la gouvernance pour la première fois au Nigeria par Fumilayo Ransome-Kuti une enseignante, en 1953 à travers un groupe qu’elle avait fondé Federation of Nigerian Women Societies. Dans les années 1950, elle est devenue l’une des rares femmes à être élue à la Maison des Chefs du Nigeria. En tant que femme politicienne influente, elle organisait des ateliers pour ses congénères où elle les éduquait sur leurs droits. Elle avait formé une alliance avec Margaret Ekpo, une autre activiste de la région du sud. Cette allégeance a réussi notablement par l’acquisition du droit de vote pour les femmes nigérianes.

Bien qu’on puisse constater des avancés notoires au Nigeria concernant l’égalité de genre, l’idée est encore un « travail en cours ». Pour discuter la notion de « genre », il est nécessaire de l’examiner au niveau politique, dans l’éducation, au travail et dans la famille.

Au niveau politique
, selon les statistiques de National Population Commission, sur environ 193million d’habitants au Nigeria, les femmes représentent 49% de la population et selon Abel Ejikeme, journaliste au  Premieum Times., les femmes occupent jusqu’à 15% des postes électifs.
En tout cas, parmi les femmes en politique, on peut faire référence à 6
gouverneures adjointes dans la région du sud, ce qui est la plus haute fonction tenue par une femme.

Dans le milieu scolaire, sans doute, l’explosion démographique apporte la tension face à l’économie nigériane. Dans une situation où le nombre des enfants de moins de 15ans représente 45% de la population, la dépense sur l’éducation primaire devient un grand poids pour le gouvernement. Malgré les efforts effectués, il existe encore 10.5% d’enfants non scolarisés et 60% de ces enfants sont des filles, d’après un sondage réalisé par UNICEF en 2018. Les statistiques de la commission des services montrent que les femmes nigérianes forment 45% de la main d’œuvre même si elles font notamment des travaux que l’on considère légers et parfois uniquement réservés aux femmes. Par exemple, l’enseignement dans les crèches et au niveau primaire, coiffeuse, restaurations itinérante, etc. En revanche, les hommes effectuent plutôt des travaux considérés physiques comme le bricolage, chauffeur, service de sécurité, etc.
Dans les services administratifs, une femme qui accède au poste de direction est un cas de rareté. Mais, en tout cas, sur les lieux de travail, on a des propositions pour le bien être de la femme comme le congé de maternité qui dure 16 semaines. Et,aujourd’hui des voix politiques soutiennent l’idée d’un congé d’un ou deux jours pendant la période des règles.

La famille qui est l’unité de la société présente aussi des inégalités. Dans une famille traditionnelle l’ambiance est différente à la naissance d’un garçon et à celle d’une fille. Le garçon est toujours préféré. Il y a toujours une grande distinction entre l’éducation d’un garçon et celle d’une fille. La manière de saluer, celle de manger, de parler, de jouer et même celle de réagir dans certaines situations.
Comme d’habitude c’est toujours la femme qui fait le ménage et s’occupe des enfants tandis que l’homme bricole !

Alors la notion de genre résonne dans la société nigériane. Les acteurs concernés font déjà des efforts considérables particulièrement dans l’éducation des enfants et la population entière. Les femmes se réveillent et les hommes leur accordent un soutient immense. La question donc est, quels sont les démarches particulières à suivre pour créer et soutenir une vraie égalité de genre ?

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *