– 26 mai 2014 –

Goût de vivre exotique

Par

Léa, une étudiante Taïwanaise du CLA, partage son expérience à l’étranger dans une famille d’accueil. Les membres de la famille lui enseignent le français et la façon de vivre des Français.

Qu’est-ce que les gens ressentent alors qu’ils deviennent un hôte pour les étrangers? Chaque année il y a environ 400 stagiaires qui choisissent l’hébergement chez l’habitant à Besançon pour améliorer leur français. Selon Maryline Savonet, la directrice du service logement au Centre de Linguistique Appliquée (CLA), de plus en plus de Bisontins reçoivent les étudiants chez eux, leur préparent deux repas par jour, et leur offrent une chambre particulière. Les étudiants peuvent absorber le savoir-vivre « à la française » pourtant cela affecte-t-il la famille d’accueil?
« C’est une force équilibrante pour moi. » indique Raouchan Rymzhanova, médecin de santé publique de l’Association pour le dépistage des cancers en Franche-Comté et hôtesse de la maison. Outre ses travaux cliniques et ses  activités  publiques visant à promouvoir la prévention des cancers, elle doit aussi s’occuper de 4 enfants et d’un grand appartement situé au centre-ville. Habituée  à faire face à des événements rapides dans sa vie, elle n’avait même pas le temps de se sentir fatiguée. « Avec un nouveau membre de la famille, il m’a donné la chance d’arrêter la routine quotidienne, de réfléchir davantage, parler lentement et surtout profiter de la richesse de la vie. », explique Raouchan.

Famille d’accueil
Le CLA, composante de l’Université de Franche-Comté, accueille chaque année près de 4000 stagiaires. Au lieu d’apprendre seul le français dans les salles de classe, certains étudiants choisissent donc de l’apprendre aussi dans un salon en vivant dans des familles d’accueil.
« J’ai été aussi l’un des élèves de CLA 15 ans, déclare Raouchan, c’est pourquoi, je les comprends et je veux contribuer en retour un peu. »
« Il y a des chambres toujours vides dans notre maison et nous vivons près du CLA. » dit Laurent Coste, le mari de Raouchan ( gestionnaire de l’information du Conseil Régional de Franche-Comté), et pour l’instant, il y a deux belles fleurs dans notre maison. » ajoute-t-il en souriant à sa femme et à Léa, l’étudiante taïwanais qui vit avec eux.

L’avis d’une étudiante
Léa, troisième année du département français de l’Université de Tamkang à Taïwan, passe cette année au CLA, afin d’améliorer son français. Jeune fille pétillante, elle s’est intégrée dans la famille en moins de deux mois et a rejoint leurs activités familiales.
« Ils m’ont juste traitée comme un de leurs enfants. », elle nous montre. Elle joue souvent au badminton avec eux et les accompagne ensemble chez leurs amis. Parfois, ils apprécient un dîner dans un restaurant, puis un bon film. Cependant, plus que tout, elle partage la vie quotidienne avec la famille et aussi beaucoup de rires.
« Un des aspects plus divers pour moi est que l’hôte et hôtesse s’aiment beaucoup, et ils expriment juste leur affection naturellement sans aucune hésitation, raconte Léa, et j’ai appris le français beaucoup plus rapidement, après tout, le français devient plus vivant de cette façon. »
Même si elle n’a vécu avec la famille que jusqu’au deuxième trimestre, elle a senti beaucoup d’amélioration, surtout et elle s’est habituée à la vitesse du français parlé de tous les jours. Ils lui ont aussi appris beaucoup de choses au-delà des mots. Une Langue n’est pas seulement dans l’alphabet. Au contraire, la langue n’existe qu’entre les échanges d’avis quotidiens, qu’avec les bagatelles familiales.

« Pour moi, le principe le plus important de la vie est ‘Carpe diem’, c’est-à-dire saisir l’instant présent, pour profiter tout est apparu devant moi », déclare l’hôte. En effet, plein d’énergie, il adore le vélo, le jardinage et la musique quand c’est possible. Il aime aussi partager avec beaucoup d’amis.
« Il ne faut pas être timide ou isolé, » c’est le conseil que l’on veut donner aux étudiants qui veulent vivre dans une famille d’accueil, parler beaucoup en français comme on peut, être curieux et ouvert, mais le meilleur de tous, « Vivre comme les gens! ».

2 commentaires pour Goût de vivre exotique

  1. Lea, Bravo pour cet article, dynamique et pétillant, à votre image. Mireille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *