– 14 mai 2020 –

Les enfants qui s’aiment…

Par

Les étudiants de l’option littérature B1 ont étudié le poème de Jacques Prévert intitulé « Les enfants qui s’aiment », qui donne à voir deux enfants dont l’amour pur et lumineux les sauve de la noirceur du monde. Les étudiants ont ensuite été invités à choisir écrire un poème d’amour, en s’inspirant d’une photo. Comme Jacques Prévert a beaucoup travaillé pour le cinéma et qu’en ces temps de confinement la Cinémathèque Française a la belle idée de publier sur ses réseaux sociaux une photo de baiser de cinéma par jour, il leur a été demandé de choisir parmi ces photos. Bonnes lectures et belles rêveries à vous !

Sous la lumière,
Devant les arbres,

On s’embrasse toujours,
Même si on est dans deux voitures.
Je me sens heureux Quand je touche tes lèvres.
On s’embrasse toujours,
Ma chère, ma chère,
Je t’aime, je t’adore,

Le célèbre baiser de Jean-Paul Belmondo et d'Anna Karina dans Pierrot le fou, Godard (1965).
Le célèbre baiser de Jean-Paul Belmondo et d’Anna Karina dans Pierrot le fou, Godard (1965).

Je veux t’embrasser encore.
Tu es tout ce que je désire.

C’est toi qui m’apportes le bonheur,
La joie, la chance et le plaisir.
Je t’aime 24 heures par jour.
Mon amour existe

Qi JIAMIN

Quand je te verrai

Nous vivons ensemble habituellement
Bien sûr que la distance entre nous est très grande
Mais notre amour défie le destin

Le matin je t’envoie mes baisers avec le vent
pour que les oiseaux puissent t’atteindre
Je t’aime comme le pauvre aime le pain
Comme une fleur grandit parmi les rochers
Ma vie est une catastrophe sans toi

Pourquoi suis-je ici, si tu es là-bas
Je t’aime comme le pauvre aime le pain
Comme une fleur grandit parmi les rochers
Regarde les amoureux qui ne s’embrassent plus

Moi je te donnerai cent un baiser lors de nos retrouvailles
Je n’écouterai pas les interdits
Peu m’importe de vivre ou de mourir
pourvu que je t’embrasse !

       Baharetha EMAN

Jeux d’été (Sommarlek), par Ingmar Bergman, 1951
Jeux d’été (Sommarlek), par Ingmar Bergman, 1951C’est une vie d’amour

L’homme qui vit en harmonie avec sa famille,
est triste de perdre son emploi
Et au moment où il perd sa motivation
la nuit lui donne des yeux noirs
Mais il les utilise pour trouver de la lumière
Il rencontre une lumière qui allume sa vie
C’est une belle femme
Elle ouvre un autre monde pour l’homme
En même temps, ils quittent le triste endroit ensemble
Ils commencent leur nouveau voyage de vie
Il a le sien, elle l’a aussi, ils se rencontrent
Peu importe à quel point la situation est chaotique
Leurs cœur se lient ensemble
Peu importe à quelle distance
Leurs cœurs sont aussi difficiles à séparer que des fils
Dans ce chaos, leur amour peut grandir

Fei SHAN HSU

Amour tabou

Je te regarde affectueusement

 La Croisière du Navigator, de Buster Keaton, 1924.
La Croisière du Navigator, de Buster Keaton, 1924.

Sans raison
Je veux juste te dire une chose
Je t’aime, c’est je t’aime
Pas pour ton nom
Pas pour ton apparence
Pas selon ton sexe
Tout simplement parce que tu es toi
Notre amour ne se trompe jamais
Pas besoin de supporter l’étrange regard des autres
Nous devons juste être nous-mêmes
Seulement nous savons combien nous nous aimons
Je crois que l’amour peut tout surmonter
Maintenant, nous pourrions rester ensemble sans retenue
Mais tu n’es plus ici et m’as laissé pour toujours…

                                                                                                              Anonyme

Une île lointaine, l’amour sincère

Timothée Chalamet et Armie Hammer, Call me by your name, 2017
Timothée Chalamet et Armie Hammer, Call me by your name, 2017

Dans une île déserte, un couple proche
L’homme porte des vêtements de protection et un casque sur la tête
La femme met sa main sur sa poitrine et sa bouche près de son casque pour l’embrasser
Cela se produit dans un environnement figé
Mais cette scène réconfortante fait oublier les difficultés de l’environnement
Cette scène fait un beau paysage
Où qu’on soit
être ensemble c’est le paradis.

Wang PENGPENG

« un jour sans fin » (Groundhog Day) (1993), de Harold Ramis.
« un jour sans fin » (Groundhog Day) (1993), de Harold Ramis.

Voyez les amoureux !  Comment ils se regardent !!
Regardez leurs sentiments qui paraissent clairement sur leurs visages
Regardez leur envie de se donner un baiser
Oui, c’est l’amour que personne ne peut contrôler

Ils s’embrassent et s’échangent des sentiments d’amour
parmi les gens dans la rue
comme s’ils disaient avec force qu’ils sont indifférents au jugement

Les passants qui passent les regardent miraculeusement
et ils se demandent : pourquoi font-ils ça!
Pas de pudeur ! Ni de littérature
Les amoureux répondent : si, nous avons de la pudeur
c’est vous qui n’essayez pas n’avez jamais vécu le vrai amour !

Bill voit sur les lèvres de Andie de la tendresse
C’est comme un paradis  plein de fleurs et de roses
Il voit également le sens de la féminité pour lui

Andie  voit sur les lèvres de Bill  la force de celui qui défend sa famille
Alors ils ont  cette envie
Se donner un baiser !

Ahmed BASABAIEN

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *