– 19 mai 2017 –

La prison est-elle une école?

Par

Comment j’ai commencé à apprendre le Français ?
S’il ne veut pas risquer d’être fou, l’être humain peut s’adapter aux exigences et contraintes de son environnement pour vivre en s’adaptant aux contextes qu’il rencontre.

« La torture a pris fin et vous serez amené à un grand dortoir, vous êtes des opposants politiques pas des terroristes, et mon colonel le directeur le sait bien, soit vous  obéissez soit vous aurez plus droit à plus de privilèges », nous dit le sergent en faisant  signe au soldat de fermer la porte.

C’était un jour de juin 1982, il faisait très chaud, même si la prison se trouve en plein désert dans un oasis qui s’appelle Palmyre. Nous ne savions pas combien de temps nous resterions  dans cet endroit, mais  en tout cas nous devions nous adapter à notre situation, et peut-être il était préférable que nous bavardions, riions, bien sûr, d’une voix basse, mais aussi on devait penser à faire des choses utiles.

Mon camarade Ali, qui n’avait pas encore fini ses études de médecine, a suggéré d’enseigner le français à qui le voulait. Moi, j’ai bien aimé l’idée et j’ai été ému parce-que ça aurait fait plaisir à mon père qui parlait français, tandis que la deuxième langue de tout ses enfants était l’anglais.
On a commencé oralement à conjuguer les verbes : avoir, être, aller, mais la prononciation du français n’était pas facile et nous nous moquions l’un de l’autre en prononçant les syllabes et les sons  français : ou, eu, u , eau, ui, oi…etc. Nous avions besoin d’écrire mais comment ?

La Papeterie

Fumer, ce n’était pas interdit, et le paquet vide du tabac nous à servi de page blanche  prête à utiliser directement. Mais il fallait décoller la couche mince d’aluminium à l’eau pour séparer et obtenir une autre page. Et les crayons ? Par hasard on  trouvait des morceaux métalliques qui laissaient des traces sur le papier.
Alors on a fabriqué des cahiers… nous étions cinq et le cours avançait avec beaucoup de joie notamment avec des vers de La fontaine (le loup et le renard). Deux années ont passé et  on a recommencé de nouveau après la réception des méthodes deedt21_issam1 français « le Mauger bleu (G. Mauger, Cours de langue et de civilisation françaises). Six ans plus tard nous étions transférés à une autre prison près de Damas s’appelle Sednaya, au nom d’un village historique de l’époque assyrienne. Les autorités ont permis l’arrivée de la presse étrangère c’est alors que j’ai commencé à traduire des articles du Monde Diplomatique pour mes camarades. Aussi nous avons lu des romans ou des nouvelles en français comme L’étranger  d’Albert Camus et beaucoup d’autres livres pédagogiques.

Je ne pourrais pas dire que j’avais atteint un bon niveau de la langue française, mais elle ne m’était pidt21_issamas étrangère non plus, et  je pourrais développer mon niveau quand je veux.
J’ai passé dix-huit ans en prison et quand je suis sorti, mon père était décédé et, jamais je ne pensais  que je résiderais en France fuyant  la peur de l’arrestation et la guerre, essayant  de mieux connaître la langue et la civilisation française.

2 commentaires pour La prison est-elle une école?

  1. Bravo Issam! Je sais que beaucoup d'autres détenus ont également appris des langues étrangères dans les prisons syriennes. Mais apprendre une langue en prison ne peut pas suffire. Bonne chance pour ton apprentissage du français en France!
  2. Merci pour ce témoignage poignant et émouvant!
    Catherine Bernardot Nicolet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *