– 19 mai 2017 –

La course inédite à l’Élysée

Par

Onze candidats, nouveaux visages, scandales des emplois fictifs … Les Français sont devant un choix difficile. Retour sur une compagne mouvementée!

Une course présidentielle inédite, celle qu’a connue la France en 2017, onze candidats qui se sont présentés, dont cinq candidats leaders de partis: François Fillon (Les Républicains), Marine Le Pen    (Front National), Emmanuelle Macron ( En Marche), Jean-Luc Mélenchon ( La France Insoumise) et Benoît Hamon (Parti Socialiste).
Avant la campagne électorale les sondages pré-

sondage IPSOS
sondage IPSOS

voyaient que M. Fillon serait le nouveau chef d’état, mais soudainement son affaire d’emploi fictif de sa femme et ses enfants, qui a été révélée par l’hebdomadaire Le Canard enchaîné a changé la donne. Au contraire, l’affaire de Mme Le Pen avec le parlement européen n’a pas eu d’influences importantes sur sa campagne électorale.

 

Les onze candidats ont des programmes bien différents les uns des autres, il y en avait qui voulaient sortir de l’Europe, cesser l’immigration ( Marine Le Pen, Nicolas Dupont Aignan… ). D’autres qui voulaient plus d’ouverture, plus de coopération avec l’Europe (Emmanuel Macron, Benoît Hamon…) ou encore certains qui, comme Jean-Luc Mélenchon, voulaient exiger de l’Europe des réformes des traités.
Les autres questions qui étaient en débat concernaient bien sûr le chômage : Comment créer des emplois ?  Et le modèle social français: Comment protéger les Français ? Comment réformer le modèle social ?

Les sondages, pendant la campagne du premier tour étaient presque d’accord sur l’arrivée de la candidate de l’extrême droite en tête avec une différence légère avec le candidat du centre Emmanuel Macron, en troisième place François Fillon et quatrième parfois Benoît Hamon ou Jean-Luc Mélenchon.

Le premier débat télévisé

Le grand débat, organisé par TF1 le mardi 04 avril 2017 a été inédit: les 11 candidats sont venus confronter leurs idées; c’était l’occasion pour les petits candidats d’être entendus. Ce débat n’a pas pu vraiment convaincre le nombre important d’abstentionnistes, non plus les indécis.
J’ai eu le plaisir d’assister au meeting de Macron qui a eu lieu le mardi 11 avril 2017  à Besançon, La salle était comble de ses militants, leur enthousiasme réchauffait la salle, M. Macron était convaincant dans son discours.

Les résultats du premier tour en ont surpris plus d’un, surtout les deux grands partis politiques du pays (le Parti Socialiste et Les Républicains) qui faisaient l’alternance à l’Élysée depuis le début de la 5ème république française. M. Macron est arrivé en tête avec 24,01% au contraire des prévisions des sondages. Marine Le Pen était la deuxième avec 21,3%, en avance légère sur François Fillon qui a eu 20,01% après son affaire, suivi de près par Jean-Luc Mélenchon avec 19,58%. Le parti socialiste représenté par Benoît Hamon n’a eu que 6,36%.

En marche vers le deuxième tour!

Après la montée de l’extrême droite et En Marche au second tour, la classe politique a appelé à faire barrage contre Mme Le Pen (dont le président M. Hollande, M. Hamon, M. Fillon et M. Mélenchon… ) sauf Nicolas Dupont Aignan qui l’a soutenue. Mais le plus inquiétant c’était le nombre des personnes qui étaient contre les deux candidats, et en plus des abstentionnistes.

Les sondages prévoyaient toujours que le huitième président de la cinquième république serait M. Macron, et le débat entre-deux-tours qui avait été organisé le mercredi le 3 mai, a été au faveur M. Macron, car Mme Le Pen n’a fait que critiquer M. Macron, et d’ailleurs lui, il été convaincant face à ses critiques: il était calme face à ses agressions, il était loin de ses accusations fausses.

Enfin le dimanche 7 avril 2017 c’était le jour historique en France,  les Français ont décidé qu’ils voulaient le changement en choisissant Emmanuel Macron     ( avec edt21_Mohamed Macron66,10%), un changement qui se traduit par l’élection d’un présidente le plus jeune dans l’histoire de la 5ème république (39 ans). Puis le plus surprenant a été l’exclusion de deux partis traditionnels pour la première fois (Parti Socialiste et Les Républicains). L’extrême droite est arrivé en troisième place, après les votes blancs et les bulletins nuls selon M. Mélenchon. Même si l’abstention est arrivée à 25,38% de nombres inscrits (Cahier du “Monde” N 22493 daté Mardi 9 mai 2017), les français n’ont pas voulu  “TRUMPER” leur pays!

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *