– 11 décembre 2015 –

Vues d’Afrique

Par

Dans le cadre du 15ème Festival des Lumières d’Afrique, l’exposition photographique « Vues d’ Afrique » sert de fenêtre pour différents aspects de la société africaine -chaude et humanisée-, à travers les photographies de 6 photographes français et leurs expériences en sol africain. Cette expo, gratuite, s’est déroulée du 9 au 15 novembre dans la salle Proudhon au Kursaal de Besançon.

« Quand je vais là-bas je prends mon temps. Quand on n’y va pas longtemps, on préjuge. » Ce sont les propos de Jean-Paul Thabourey, instituteur à la retraite et photographe, quand il nous parle de son expérience au Bénin (pays d’Afrique Occidentale) où il se rend régulièrement.  Il appartient à l’association humanitaire ‘le C.A.SOL. 70’ qui travaille avec une ONG Béninoise, ‘CPN Les Papillons’. Elle concentre ces actions sur l’aide à la scolarisation en maternelle et au primaire. « Ils ont des difficultés à maitriser le français car dans ces familles on parle en dialecte ». En plus de l’aide à la scolarisation, l’association a crée une bibliothèque

 

avec des livres sur les pays d’Afrique, a construit des réserves d’eau au Bénin, offre des petits déjeuners de 10h. gratuit où « l’organisation fournit les matières premières et une femme de village s’occupe de cuisiner », précise J.P. Thabourey.

Un autre projet qui a été mis en place est la création d’un atelier artistique organisé par l’association SOLENCA (Solidarité Enfance Cameroun) et l’association camerounaise AGAPE avec deux artistes du Bénin qui ont réalisé des travaux pour les enfants sur le patrimoine et un atelier manuel artistique pendant 6 jours. « Ça a permis de réveiller la curiosité des enfants qui ne peuvent pas faire ce type d’activités à l’école par manque de temps et de moyens ». Dans l’exposition, on peut voir les enfants qui ont participé à cet atelier, en réalisant une œuvre personnelle en moulage d’argile.

D’autres photos montrent des femmes en plein travail. Par exemple, les femmes utilisent des feuilles de plantes pour faire de la peinture naturelle, travail manuel, dispendieux. « Ce sont des personnes pauvres et simples mais heureuses », ajoute Thabourey « le but de l’exposition est de valoriser leur travail ».

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *