– 21 décembre 2015 –

14.99 euros ou la marionnette à fils

Par

Le premier contact avec 14.99 euros est apparu lors d’un cours avec le thème “travail le dimanche”; le sujet s’est étendu adroitement par la prof  jusqu’à “la société de consommation”. Elle nous a préparé aussi un extrait du livre , dont l’écriture et les opinions m’ont beaucoup attiré et c’est pour cette raison que j’ai eu envie de bien lire ce bouquin.

Tout d’abord, je devrais admettre que c’est un roman “horrible”, après l’avoir lu, je trouve que la belle vie n’est plus mignonne, la noble société française n’est plus aussi noble qu’elle semblait , un nombre de stratagèmes commerciaux envahit toutes nos vies partout en se cachant autour de nous. Tous les détails de la vie que nous ignorons peuvent être  bien  probablement  conçues par des créatifs .

Frédéric Beigbeder, l’auteur de ce roman, qui a passé dix ans chez Young et Rubicam, filiale française du plus grand groupe de publicité mondiale, crée un personnage Octave Parango, rédacteur publicitaire de luxe dans une prestigieuse agence de pub parisienne; grâce à son talent, il gagne un salaire de 13000 euros mensuel, et fait l’admiration et le respect de ses collègues.

« Tout est provisoire et tout s’achète. L’homme est un produit comme les autres, avec une date limite de vente. Voilà pourquoi j’ai décidé de prendre ma retraite à 33 ans. C’est paraît-il, l’âge idéal pour ressusciter. » (p. 18) . Octave/Frédéric Beigbeder nous montre comment la publicité mène le monde et manipule les consommateurs. « L’hédonisme n’est pas un humanisme : c’est du cash-flow(jeter de l’argent par la fenêtre ). » (p. 20) , la consommation n’est plus la réponse à un besoin, elle devient pourtant la création de désirs inassouvissables. «Pour savoir que l’argent ne fait pas le bonheur, il faut avoir connu les deux : l’argent et le bonheur. » (p. 201 & 202)

De mon point de vue , les analyses posées par Frédéric Beigbeder qui m’ont les plus impressionnées, la richesse matérielle ne nous confère pas en réalité la liberté authentique, même s’il semble que nous ayons les options de plus en plus riches. Par exemple, les femmes semblent avoir beaucoup de choix lors qu’elles font des achats, une jupe ou un short, sac à bandoulière ou à main, les cheveux longs ou courts. Vous pouvez aussi choisir une variété de sac à main; Il n’en demeure pas moins que vous n’ayez pas le droit de choisir de nouveau la mode en vogue du temps de la jeunesse de votre grand-mère car quelqu’un vous a dit qu’elle était “obsolète”. Bref vous avez perdu le droit de même paraître sans maquillage quand vous travaillez et le droit de ne pas utiliser le shampooing qui vous correspond ou le parfum; tout le “libre”choix est manipulé par quelqu’un qui maîtrise la tendance de la mode. Essentiellement, nous devenons “la marionnette à fils” manipulée par la société moderne ou la pépé sans âme.

De plus, il existe encore un problème en matière d’excès de consommation. Plus copieux , mais plus dilapidateur. Individu et société, n’importe laquelle, elle deviendrait ressentir non seulement le survivre mais aussi la vie du moment où l’apparition du surplus et du gaspillage, ceux-ci vont forcément provoquer l’abaissement de la valeur d’usage et de l’importance, en ce moment, le statut de la mode commence à s’élever rapidement et à occuper une proportion de plus en plus grande.

La société consommation de même qu’un cours d’eau d’allure torrentielle, c’est toujours pénible de la confronter; c’est aussi comme un kidnappeur dont nous sommes incapable de nous débarrasser facilement. Alors , lorsque nous faisons face à la société consommation, quelle attitude devrions nous tenir? Je croyais que le pragmatisme, au moins pour la plupart des familles bourgeoises et des familles modestes, était la stratégie la plus convenable et efficace. En fonction de nos besoins concrets, nous choisirions les produits visés au lieu de les rapporter aveuglément. Certes, le pragmatisme n’est absolument pas une panacée pour tout le monde surtout pour certains qui s’intéressent beaucoup à faire du shopping. En revanche, du point de vue économique, dans le but de relancer l’économie, la consommation joue aussi un rôle moteur important; en d’autre terme, la promotion économique favorise davantage le développement. Enfin, dans ce cas, nous devrions chercher un point équilibré qui, d’une part, éviterait que nous soyons manipulés comme une marionnette; d’autre part, maintiendrait un niveau de consommation rationnel.

Ce livre m’a amené à une grande introspection sur la vie moderne. La société continue à avancer, 14.99€ nous rend peut-être plus lucide lorsque nous nous sentons perplexe. Je vous recommande vivement sa lecture!

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *