Littérature

Un thé à la menthe

Par

~ 2 octobre 2019 ~

La vengeance de Batoule

Elle poursuivit son chemin jusqu’au marchand d’herbes. Elle tendit la main vers une botte de menthe sauvage terminée par de jolies fleurs, en écrasa une entre ses doigts afin d’évaluer le parfum. Satisfaite, elle vérifia ensuite le brillant des feuilles de coriandre et frôla légèrement la sauge sauvage dont l’arôme discret dissimule son goût puissant. Pour le persil, elle écarta trois bottes fanées et prit celles du dessous, plus fraîches. (…)

Au Maroc, le thé vert n’a qu’une seule compagne, la menthe, dont les larges feuilles libèrent leur parfum enivrant. Mais l’hiver, lorsque son arôme est moins puissant, le thé, ce goujat, la trompe avec l’absinthe et sa légètre amertume. (…)

Batoule salua le marchand et prit le chemin du retour. (…) Elle alluma le feu et se mit au travail. Très vite, un délicieux parfum emplit la pièce et s’échappa par la fenêtre entrouverte. La belle reprenait goût à la vie. Piètres cuisinières, ses voisines identifièrent néanmoin s les différents ingrédients : ail écrasé, coriandre, cumin, poivrons grillés.

Le lendemain, elle fit mijoter un succulent tagine d’agneau aux cardons. Le surlendemain, elle prépara un couscous madfoun, celui qui cache volontairement son jeu… J’adore ce couscous, où tout est dissimulé aux regards. Dans sa cuisine, Batoule se comportait comme ces femmes qui entrent en transe au son d’une musique entraînante et défient la loi des hommes.”

Fatéma HAL, Fille des frontières, 2011.