Littérature

Des odeurs du Magreb

Par

~ 24 février 2019 ~

La vengeance de Batoule

Mais voilà que Batoule avait décidé de retrouver sa dignité. rien ni personne ne pourrait l’en empêcher. (..)

Elle poursuivit son chemin jusqu’au marchand d’herbes. Elle tendit la main vers une botte de menthe sauvage terminée par de jolies fleurs, en écrasa une entre ses doigts afin d’évaluer le parfum. Satisfaite, elle vérifia ensuite le brillant des feuilles de coriandre et frôla légèrement la sauge sauvage dont l’arôme discret dissimule son goût puissant. Pour le persil, elle écarta trois bottes fanées et prit celles du dessous, plus fraîches. (…)

Au Maroc, le thé vert n’a qu’une seule compagne, la menthe, dont les larges feuilles libèrent leur parfum enivrant. Mais l’hiver, lorsque son arôme est moins puissant, le thé, ce goujat, la trompe avec l’absinthe et sa légètre amertume. (…)

Batoule salua le marchand et prit le chemin du retour. (…) Elle alluma le feu et se mit au travail. Très vite, un délicieux parfum emplit la pièce et s’échappa par la fenêtre entrouverte. La belle reprenait goût à la vie. Piètres cuisinières, ses voisines identifièrent néanmoin s les différents ingrédients : ail écrasé, coriandre, cumin, poivrons grillés.

Le lendemain, elle fit mijoter un succulent tagine d’agneau aux cardons. Le surlendemain, elle prépara un couscous madfoun, celui qui cache volontairement son jeu… J’adore ce couscous, où tout est dissimulé aux regards. Dans sa cuisine, Batoule se comportait comme ces femmes qui entrent en transe au son d’une musique entraînante et défient la loi des hommes. Elle affolait les sens de voisins, qui la regardaient porter ses petits plats aux pauvres groupés devant la mosquée. Son talent pour filtrer l’eau de rose értait exceptionnel et sa façon de griller les noix ravissait les papilles. Son smen était une merveille et ses dattes farcies aux amandes tout simplement sublimes. Une autre fois, elle brisa le tabou suprême en réalisant elle même la recette du bouillon de l’accouchée, d’ordinaire réservé aux femmes qui viennent d’enfanter. Stérile, Batoule savait qu’elle ne connaîtrait jamais ce bonheur, mais elle prenait sa revanche en réussissant le plus savoureux des bouillon. Batoule était comme ça, et j’admirais sa détermination à ne pas accepter son sort. La répudiation condamnait à une vie difficile. En se révoltant, Batoule avait repris sa liberté.

(…) “… lorsque ce fils de sorcière m’a répudiée, j’ai d’abord cru que le sol allait s’ouvrir sous mes pieds. Puis j’ai pensé faire une folie : sortir nue dans la rue pour l’humilier, le tuer de mes propres mains ou bien me jeter dans l’oued… Je voulais crier mon malheur au monde entier. Finalement, j’ai préféré m’enfermer dans la cuisine pour préparer tous les plats qu’il aime et ceux qu’il ne connaît pas. Chaque fois, devant ces plats délicieux, je me dis qu’il peut bien se remarier s’il veut, il ne les goûtera jamais plus et même jamais tout court!”

Fatéma HAL, Fille des frontières, 2011.